La MÉDECINE HYSTORIQUE


C’est le matin du 24 juin, jour de la nativité de Saint Jean Baptiste.

Il y a encore peu de temps, la cueillette des herbes de la Saint Jean était une pratique courante en France. Cueillies très tôt le 24 juin, avant le lever du soleil afin que les plantes gardent la rosée déposée sur les feuilles et les pétales, les simples du solstice d’été revêtent un caractère magique : elles seront utilisées pour réaliser des potions, des philtres et des charmes.

Leurs vertus sont alors à leur apogée et chaque herbe a sa fonction particulière : protéger les hommes et les animaux 

Ce matin là, il est de tradition d’aller à la cueillette des « herbes guérisseuses ». Au cœur du solstice d’été les forces de la terre sont en effet réputées à leur apogée et les plantes bénéficient de cette force. Liées au rituel de l’aube, celles-ci doivent être cueillies avant le lever du soleil, couvertes de rosée. Certains disent même en marchant à reculons, et de la main gauche…

Toutes ces plantes sont ensuite bien séchées pour être conservées toute l’année ou montées en bouquets, croix ou couronnes et mises au fronton des portes afin de porter bonheur ou dans les trous des serrures afin d’éloigner les maléfices.

Les plantes de la Saint Jean, aux noms évocateurs de leur usage, sont à la base au nombre de 7:

– L’AC